Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Vidéos

8 juillet 2015 Sommet des Amériques sur le climat

Transcription

Philippe Couillard : (Premier ministre du Québec) Nous voici à Toronto, où vient de se terminer une des étapes importantes qui nous amènent vers la Conférence de Paris de décembre 2015, la Conférence des Parties sur le réchauffement climatique. Un événement important, c’est le Sommet des Amériques, organisé par la province de l’Ontario, notre grand partenaire canadien, maintenant, dans le marché du carbone, on le sait, et qui a réuni des chefs de gouvernements nationaux, infranationaux de même que certaines municipalités autour de cet enjeu important pour la planète, notre pays, notre qualité de vie, qu’est le changement climatique.

Kathleen Wynne : (Première ministre de l’Ontario) This is a very important moment. You know, we don’t get to write history, but we hope we’re making history. But we have to do what we see, in a particular moment, as being most important. And this is a crucial step. What we’re doing here is a crucial step on the pass to Paris and a kind of real and meaning for progress that we all want to see for ourselves, but for our children and for the world. [Il s’agit d’un moment très important. Vous savez, nous ne réécrivons pas l’Histoire, mais nous espérons en changer le cours. Mais nous devons faire ce qui nous apparaît le plus important, à ce moment précis. Et il s’agit d’une étape cruciale. Ce que nous faisons ici est une étape cruciale vers la Conférence de Paris et c’est aussi une étape réelle et significative vers ce progrès que nous souhaitons tous pour nous-mêmes, mais également pour nos enfants et pour le monde entier.]

Philippe Couillard : Alors, au cours de cette conférence, on a adhéré au protocole qui s’appelle Under 2 MOU. C’est une lettre d’entente qui nous lie avec dix-sept autres partenaires dans l’objectif de limiter le réchauffement planétaire à moins de deux degrés par rapport à l’ère industrielle. Pour ça, il faut significativement diminuer nos émissions et baisser nos émissions par habitant à environ deux tonnes par habitant, par personne. Il faut savoir qu’actuellement, on est près de dix tonnes. Donc, c’est un chemin important qu’il reste à faire pour nous amener, au milieu du siècle, aux objectifs de ce protocole d’entente, qui est un des quatre éléments qui faisaient partie de la Déclaration de Toronto que nous avons signée, aujourd’hui, au nom du Québec. Au cours de la conférence, on a, bien sûr, rencontré nos partenaires bien connus dans le dossier du changement climatique, la Californie, avec le gouverneur Brown.

Edmund G. Brown Jr. : (Gouverneur de la Californie) You know, we’re not doing enough, that’s clear! We’re just in a very taking baby steps, and many countries aren’t even doing that. So yes, we may pass a tipping point. We can’t predict with any degree of certainty where we’re now headed, based on the carbon that’s there, but we know enough that we have to make the turn. We have to get out of the way of the catastrophe that is looming. [Vous savez, nous sommes conscients que nous n’en faisons pas assez, de toute évidence! Nous n’en sommes qu’à une étape embryonnaire, et bien des pays n’en font même pas autant. Alors oui, nous en sommes peut-être à un point de non-retour. Nous ne pouvons pas prévoir avec certitude vers où nous allons en nous basant sur les taux de carbone actuels, mais nous en savons suffisamment pour affirmer qu’il est temps de faire des changements. Nous devons éviter la catastrophe qui nous guette.]

Philippe Couillard : D’autres provinces canadiennes intéressées à en savoir plus sur le marché du carbone et, éventuellement, d’y participer, le Mexique, d’autres États également qui étaient avec nous réunis pour échanger sur les bonnes pratiques, sur les façons de faire progresser ce dossier.

Al Gore : (Président du Climate Reality Project et ancient vice-président des États-Unis) I want to quickly acknowledge premier Philippe Couillard, also, of Québec, who has also provided fantastic leadership in Canada. And what these two provinces and others are doing in Canada is attracting global attention. We’re going to win this. We’re going to win this. Be of good cheer! The question is: “How long will it take us to mobilise an effective answer?” [Je veux rapidement saluer le premier ministre Philippe Couillard, également, du Québec, qui a été un remarquable leader, au Canada. Et ce que ces deux provinces, ainsi que quelques autres, font au Canada retient l’attention de toute la planète. Nous allons vaincre cela! Nous allons gagner! Faites preuve de courage! La question est : « Combien de temps nous faudra-t-il pour mettre de l’avant une solution efficiente? »]

Philippe Couillard : C’est, somme toute, un exercice très utile pour le Québec, qui continue à tisser des alliances avec ses partenaires régionaux, de plus en plus, des partenaires internationaux, dans un grand mouvement de société qui nous amène jusqu’à Paris, décembre 2015, où il y aura des cibles. Bien sûr, d’ici là, le Québec aura annoncé ses cibles de 2030 et sera allé encore plus loin dans son rôle de leadership déjà bien reconnu par tous et toutes, aujourd’hui, sur la lutte… dans le domaine de la lutte aux changements climatiques.

Alors à bientôt!
 



Accessibilité   |   Politique de confidentialité   |   Droits d’auteur

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2015