Gouvernement du Québec

Premier ministre

Restaurer la taille du texteAugmenter la taille du texte

Vidéos

23 janvier 2015 Forum économique mondial de Davos

Transcription

Philippe Couillard : (Premier ministre du Québec) Nous voici à Davos; dernière journée de la mission européenne. Davos, c’est le Forum économique mondial. Il faut savoir que le Québec est présent à Davos depuis les débuts du Forum économique mondial; et en passant, c’est très apprécié, c’est très reconnu par l’organisation du Forum. Pourquoi on vient ici? Parce que c’est une occasion unique de rencontrer, au même endroit, pendant un espace de temps relativement court; des rencontres qui, normalement, prendraient plusieurs semaines, plusieurs mois à s’organiser se font ici beaucoup plus facilement, à cause de la concentration dans le temps et dans l’espace de gens de très haut niveau.

Jacques Daoust : (Ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations) Ce qui est remarquable, cette fois-ci — ça a été d’abord très intense —, on a certainement eu une vingtaine de rencontres — dans mon cas, tout au moins — une vingtaine de rencontres économiques; des rencontres qui sont avec des présidents de grandes sociétés, le choix numéro un, le président mondial. C’est ce qu’on retrouve, au sommet de Davos. Et je suis avec notre premier ministre, pour dire que les rencontres sont prometteuses. On a des belles choses pour le Québec qui s’en viennent. Le Québec est attrayant, le Québec fait partie de l’Amérique du Nord et, actuellement, dans les économies qui vont bien, on comprend que l’Amérique du Nord va bien.

Philippe Couillard : Plusieurs de ces rencontres sont très prometteuses. Maintenant, l’objectif, c’est quoi? L’objectif, c’est de créer de l’emploi, de l’investissement chez nous, au Québec, soit avec des entreprises qui sont déjà présentes chez nous et qui veulent augmenter leur présence, soit avec de nouvelles entreprises qui vont créer de nouveaux emplois, chez nous également, à Montréal, à Québec et dans nos régions. Également, plusieurs rencontres politiques avec des décideurs politiques européens, surtout, de plusieurs pays; beaucoup d’échanges autour du traité de libre-échange entre le Canada et la communauté européenne, beaucoup de soutien sur le principe du libre-échange. Encore quelques débats ici, en Europe, mais tout le monde est confiant que cette entente va être ratifiée et, surtout, qu’elle sera immensément bénéfique pour les peuples des deux côtés de l’Atlantique. Pour nous, les Québécois, je rappelle, c’est l’accès à un marché de 500 millions de personnes. Également, une dernière catégorie de rencontres, avec des sujets qui sont connexes, mais très importants dans le monde d’aujourd’hui, au XXIe siècle, par exemple le changement climatique, où le Québec, je l’ai dit, a une position de leadership qui est reconnue non seulement au Canada, mais ailleurs également, surtout à cause de notre attitude proactive dans la fixation d’un prix au carbone et la mise en place d’un marché avec la Californie.

Jacques Daoust : Mon huitième Davos, mais un Davos qui a évolué énormément. Alors qu’il y a huit ans, il y a des choses qui étaient très marginales; par exemple, la préoccupation environnementale ne faisait pas partie du discours économique. Aujourd’hui, c’est au cœur du sommet de Davos.

Philippe Couillard :  Rencontre très impressionnante, qui m’a beaucoup marqué, avec M. Yunus, Prix Nobel, sur la question de l’économie sociale, du microcrédit; il viendra nous voir, bientôt. Alors, voilà donc une mission réussie, qui s’est bien déroulée, que ce soit à Londres, à Bruxelles ou ici, à Davos. On revient avec de bonnes idées, mais également en poche de bonnes nouvelles, je crois, pour le Québec. À bientôt.



Accessibilité   |   Politique de confidentialité

Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2015